Adolescence


Ou le deuil de moi-même.


           J'ai coupé mes cheveux longs il y quatre ans, et pour moi, cet acte est lourd de sens. J'en ai fait le symbole de ma nouvelle vie en tant qu'adulte. Ou comme j'ai pris l'habitude de le dire à l'époque, le deuil de moi même. 



C'est arrivé après plusieurs mois de dépression donnant lieu à une totale remise en question et reconstruction de moi-même ; et ce dans le but de bâtir une nouvelle vie, une nouvelle Nina. 



Durant 6 mois, je n'ai rien mangé, j'ai perdu 20 kilos, j'ai changé de style de vie, de coiffure, de style, de goûts et de passions, j'ai même changé de ville pour me retrouver seule à Paris. 

Depuis cette période, je peux donner un nom à ce spleen qui me rongeait, la dépression au sens médical du terme. Une grosse dépression qui avait pris racine dans mon adolescence. Et même si depuis, je peine à m'en remettre, le chemin parcouru petit à petit depuis l'époque de l'internat est immense, et rien que pour ça, s'en vaut la peine.